Le MOT du PRESIDENT Février 2012

19-02-12Le 17 février 2012 à 19 H 00 , s’est tenue la première assemblée générale de notre association.

Comme à chaque fois, vous avez été nombreux à montrer votre intérêt à notre mouvement de résistance à la pression de ceux qui veulent nous imposer par la force un cadre de vie dont nous ne voulons pas car il s’oppose à l’harmonie de notre belle région, encore authentique.

Que seraient nos beaux vignobles, notre route des vins, nos paysages sauvages et protégés ainsi que nos villages et hameaux si l’on venait à les défigurer avec une industrie qui n’a rien à y faire sinon des profits dont les retombées pour vous seraient bien inférieures aux nuisances qu’elles provoqueraient.

Certes, il est normal que les entreprises cherchent à s’installer et à se développer, mais, il est de la responsabilité des élus et des populations de veiller à les contenir afin que ces dernières ne le fassent pas de manière anarchique en considérant leurs seuls intérêts.

Nous seuls savons ce qui est bon pour nous et comment nous voulons vivre.

bureau1C’est pourquoi, chacun d’entre vous doit avoir à cœur de faire entendre sa voix en rejoignant nos rangs et en montrant sa volonté de NE PAS SUBIR et à être maître de son destin.

Nous ne sommes pas des passéistes ringards opposés à tout progrès, comme je l’ai entendu nous exigeons juste que chaque chose soit à sa place, à sa juste place !

Un permis de construire a été déposé. Il est actuellement à l’instruction à la CAD.

Dès qu’il sera instruit, il sera public et chacun sera face à ses responsabilités.

var-matin20-02-12Les élus devront être en cohérence avec leurs prises de positions publiques, ce qui est normal.

Il en va de leur crédibilité.

Mais, surtout, chaque habitant aura sa part de responsabilité dans le résultat final.

Pensez à vos enfants et aux générations futures et laissez leur en héritage un environnement viable.

Et non le paradis promis par Monsieur Bonifay, où les cliniques sont enclavées entre les tas de parpaings, l’autoroute et les centrales à béton.

Nous devons tout faire pour éviter ça !

Les élus de la CAD doivent impérativement trouver une solution afin que ce type d’entreprises se développe uniquement en zone industrielle et pas de façon anarchique.

Pour les y aider, mobilisez vos proches et soyez encore plus nombreux à exiger le respect des règles du  bien vivre.